QUINQUABELLE ou les imperfections parfaites!

QUINQUABELLE ou les parfaites imperfections: "Ce qui a vraiment un sens dans l'art, c'est la joie. Vous n'avez pas besoin de comprendre. Ce que vous voyez vous rend heureux ? Tout est là . " Constantin Brancusi

mardi 17 octobre 2017

Zhanna Martin

https://www.zhannamartin.com/
https://www.facebook.com/zhannnamartin/?hc_ref=ARSbn-35COwsT2dZ0HtAYD1U2QE6i0hJZMn6SzvMH8pFcgjKt-ICKczOYRFRwS2LxZQ&fref=nf

"A travers les bustes d'argile, j'évoque l'expérience humaine de la suffisance, de l'insouciance, de l'ivresse, de la joie, de la tristesse, de la mélancolie ou de la tristesse et les façonnent en caricatures. Mon intention est que l'observateur trouve de l'humour dans mon travail, tout en reconnaissant la vérité des émotions exprimées. Pour moi, les émotions sont ce qui nous rend humains, et les expressions faciales sont les voix de ces émotions."

L’image contient peut-être : 1 personne, gros plan

L’image contient peut-être : 1 personne

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit

L’image contient peut-être : une personne ou plus

L’image contient peut-être : une personne ou plus

L’image contient peut-être : 1 personne

250404_10152915567877092_7856667789028485381_n

Pamela Hachem

https://www.instagram.com/pamhachem/
https://www.facebook.com/PamHachemPhotos/

"Je m'appelle Pamela Hachem et je suis une photographe autodidacte originaire de Beyrouth, au Liban. Mon voyage en photographie a commencé lorsque je prenais des photos au hasard. Mais après, j'ai découvert que la photographie ne se limitait pas à ça, c'est une passion qui va au-delà de la réalité, un lien étonnant entre le photographe et l'image qu'il tente de transmettre. Après avoir acquis une certaine expérience de la photographie et été présentée par des blogs comme Instagram , j'ai réalisé que je voulais quelque chose qui ne soit pas seulement attirant pour l'œil, mais qui fait regarder les gens au-delà de la surface et explorer leur propre identité. C'est à ce moment que j'ai commencé ma série #PortraitsOfWhatYouLove , un projet artistique et conceptuel qui raconte une histoire derrière chaque portrait. Il est non conventionnel, car l'idée principale derrière cela est que chaque personne détient l'objet qui révèle sa passion."

Et vous? Quel objet vous définirait le mieux pour une photographie par Pamela Hachem?

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, lunettes_soleil et gros plan

Je photographie des gens derrière les objets qui révèlent l'histoire de leur passion

Résultat de recherche d'images pour "Pamela Hachem"

Résultat de recherche d'images pour "Pamela Hachem"

Résultat de recherche d'images pour "Pamela Hachem"

Résultat de recherche d'images pour "Pamela Hachem"

NIKITA KAUN

http://sunturnsintowater.tumblr.com/
https://www.behance.net/kaun_nikita
https://www.facebook.com/sunturnsintowater/
http://sunturnsintowater.bigcartel.com/
https://www.instagram.com/nikitakaun/?hl=fr

Je suis incapable de décider si je préfère ses dessins en noir et blanc ou ses affiches en couleur!!

L’image contient peut-être : 1 personne




L’image contient peut-être : une personne ou plus

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

L’image contient peut-être : 2 personnes, intérieur

Humeur de ma nuit

Résultat de recherche d'images pour "festival lumière programme 2017"


...Impossible de dormir...Serait-ce la pleine lune? Tout comme les salades et les radis, je suis reliée à cette fichue boule. 😊
Et l'allergie traditionnelle du lever: salve d'éternuements à décoller le cerveau et deux p'tits yeux tout collés, deux fentes de parcmètre qui regardent le monde en larmoyant.
Hier fut un peu agité mais je crois que j'en ai pris l'habitude. Ma Miss souffrait d'une fichue migraine et nous avons repoussé notre rendez-vous. 
La matinée fut formidable: j'ai dormi jusqu'à 10h et seule la sonnerie du téléphone réussit à me tirer de ce coma presque dépassé. Annie, ma cousine, m'interpellait de sa voix rieuse après avoir lu mon humeur du matin. Je sais que venir me lire accompagne son café matinal et l'idée me plaît bien. Rester reliée à la famille par ce biais est amusant et plutôt sympathique.
Repas devant la télévision et oui, je sais que c'est pas bien mais j'aime ça! Pourquoi m'en priverais-je?
Pas de sieste puisqu'il fallut aller chercher ma Miss et affronter la circulation urbaine. Des travaux, des travaux, des embouteillages, des conducteurs infâmes et la lumière au bout du tunnel en trouvant LA rue où nous devions nous rendre près de la gare de la Part-Dieu. L'application Waze fut, pour une fois, assez évasive.
Ma fille a gagné des entrées pour une nuit de films au Festival Lumière et elle devait passer les récupérer:
http://www.festival-lumiere.org/
Retour dans mon 8ème arrondissement Elle me déposa chez moi pour aller faire quelques courses. Elle vint ensuite me rechercher et nous retournâmes chez elle. Je rentrai seule à la maison. Vous m'avez suivie? j'en doute! 😉
Ne pas avoir de voiture lorsqu'on travaille en suivant les horaires du personnel soignant à l'hôpital est un cauchemar que je comprends. En attendant qu'elle retrouve son véhicule réparé, nous nous prêtons mon exubérante Toyota.
Approchez que je vous murmure l'heure à laquelle je me suis couchée! Et oui!.. Surpris, hein?
Je vois vos yeux tout ronds de stupeur mais j'assume. Etre célibataire a quelques avantages comme celui, entre autres, de vivre selon ses horaires sans tenir compte de quelqu'un d'autre.
Enfin presque, si l'on laisse la famille de côté!:-))
Et aujourd'hui, c'est Mr mon Fils qui a annoncé sa venue pour midi. Juste pile poil un jour où mon réfrigérateur vide pleure des larmes de désespoir. Il faudra improviser et lui donner à manger autre chose que de l'air. 

lundi 16 octobre 2017

Azizi Latif

https://azizilatif.blogspot.fr/
https://www.instagram.com/azizilatif/

"Il a captivé le public avec des portraits exceptionnels d'artistes de renom, réalisés à partir d'une technique de quilling innovante qui implique la disposition méticuleuse de bandes de papier fortement pliées ou roulées."













MAKBULE YANAR

https://www.makbuleyanar.com/work

Du carton, du crochet et parfois un assemblage des deux.

« Force intérieure »

Une partie de ma « force intérieure »

« Sacrament'1

'Feu'

'Naissance'

« Un morceau de fragment de vie »

« Sacrement » 3

Zil Hoque

http://www.zilhoque.co.uk/
https://www.saatchiart.com/zilhoque
https://www.facebook.com/zilhoqueart/

"L'imagerie de l'Espagne sous toutes ses facettes est une impression sur laquelle j'applique les qualités plastiques de la peinture à l'huile. Les couleurs deviennent une véritable lumière et un espace dans les toiles. ..Mon intérêt profond pour les maîtres tels que Goya, Velasquez, Rembrandt et Bacon se fait écho dans leur manipulation de l'étoffe en peinture. La description du sujet est une joie quand le médium devient une seule et même chose que l'observation. Ces questions préoccupent constamment mon esprit tout en peignant. Il ne suffit jamais de voir la couleur posée sur la toile de manière passive, elle doit bouger, illuminer et intruder notre espace physique."

L’image contient peut-être : ciel et plein air

Aucun texte alternatif disponible.

Résultat de recherche d'images pour "zil hoque"


Résultat de recherche d'images pour "zil hoque"

Résultat de recherche d'images pour "zil hoque"

Humeur du matin

...plus qu'ensommeillée! Ensuquée, léthargique. "Donnez-moi un point d'appui et je soulèverai le monde" clamait Archimède mais moi, je crierais plutôt "donnez-moi un lit et vous aurez toute ma reconnaissance"..
Résumons cette journée d'hier: départ vers 8h en direction de l'Ain. Arrêt à la Chèvrerie du Chausset, tenue par des cousins éloignés. J'y ai fait le plein de fromages tout frais et d'oeufs de la veille pour les offrir à mes hôtes.
Ce n'était que le début d'une longue journée éreintante.
J'avais mis Waze en marche afin de m'accompagner et de me guider sur mon trajet mais avais omis d'indiquer que je préférerais les autoroutes. Bref, j'ai emprunté une partie d'autoroute et ai dû visiter tout l'est du département et le haut-Jura tant Waze semblait adorer la région! 😄
Superbe mais je déteste les petites routes sinueuses étroites surtout lorsque je suis suivie par des conducteurs impatients, collant au pare-chocs arrière. L'envie soudaine de freiner brusquement m'a souvent effleurée, je l'avoue.
Je ne voyais pas le bout de ce voyage sous un chaud soleil. De bien beaux villages traversés mais je dois avouer que si l'envie est forte d'y retourner en prenant mon temps, je suis quasi certaine que je n'y remettrai ni les pieds ni les pneus.
A voir: https://fr.wikipedia.org/wiki/Fort_l%27%C3%89cluse

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "fort l'écluse"

Résultat de recherche d'images pour "fort l'écluse"

J'arrivai enfin à Prévessin-Moëns vers 11h. La joie de retrouver la famille et le beau petit Victor et un
repas sympathique préparé par une Kashia fébrile. Elle voulait bien faire et se mettait la pression. A nous aussi par la même occasion tant elle était palpable.
Une longue promenade dans cette petite ville à l'effectif gonflé par la présence toute proche du CERN. L'arrêt au Parc du Château nous conforta dans cette sensation de multiculturisme. Les familles venues profiter du soleil parlaient des langues différentes et l'on évoluait entre japonais, anglais, italien.
Je repris la route vers 15h puisque je devais être à Crémieu vers 17h. Je dus subir de nouveau l'interminable succession de petites routes sinueuses et étroites, de celles qui forcent à une attention extrême, les doigts crispés sur le volant et le pied droit navigant sans cesse entre accélérateur et pédale de frein.
Et si, à ma grande honte, j'avouais une autre phobie, une autre que celle des araignées et du vide? ma peur panique des viaducs et sur ce trajet, je fus servie! C'est une succession de ces monstruosités qui me terrifient. A l'aller, la circulation était quasi nulle et je me donnai le droit de rouler le plus loin possible des barrières mais au retour, cela me fut impossible. J'avais envie de hurler tant la tension intérieure montait. Je suis d'ailleurs en quasi apnée à cette seule évocation!
Vitesse, contrôles policiers, chaleur. J'arrivais la tête vide à Tignieu. Beaucoup de monde et je décidai de ne pas m'y éterniser tant j'étais fatiguée par la tension de cette journée  au volant.
Je dois admettre, à mon grand regret, que je suis -hélas- devenue une pauvre petite chose qu'une longue promenade épuise.
Le plaisir extrême d'ôter les vêtements puis d'enfiler une robe d'intérieur large fut un peu terni par le brouhaha chez les voisins recevant famille et amis. Le stade, lui, était curieusement silencieux.
Je me suis affalée, avachie, vautrée un temps sur mon canapé avant d'aller au lit. J'ignore quelle heure il était mais les persiennes antiques laissaient encore filtrer la lumière du jour.
Et même pas honte!
https://www.france-voyage.com/villes-villages/prevessin-moens-1579.htm

dimanche 15 octobre 2017

Humeur de ma nuit



..." désolée -dit-elle d'un air détaché- mais j'étais occupée à dormir!". 
Et oui, j'ai dormi d'une traite. Bon, je l'avoue: le réveil fut un peu prématuré mais je dormirai ce soir. Je vais savourer cette journée en famille et loin de ma zone de confort.
La tiédeur de l'appartement est bien agréable à cette saison. Les températures de cet été indien sont surprenantes et je m'empresse en toute conscience d'apprécier, de déguster chaque rayon de soleil, chaque ciel bleu, chaque chant d'oiseau.  
 Je viens d'avaler mon bol de Ricoré et je ronronne d'aise comme un vieux matou qu'on caresse. Je rentabilise ce temps volé au sommeil, je ne fais rien de particulier, je zappe négligemment, je parcours les informations de la nuit. Les nouvelles sont déprimantes et je tente d'en retirer le meilleur pour ne pas être submergée.
Hier fut tranquille, tout juste interrompu par mon court déplacement pour emmener ma fille sur son lieu de travail. Ayant proposé de lui prêter ma voiture pour aller travailler, cette semaine sera pleine de déplacements, d'emplois du temps à modifier et à adapter. 
Bah, ce ne sont que quelques jours et tout rentrera dans l'ordre, à temps pour les vacances scolaires et la venue de Léna. Il va falloir improviser pour la distraire. J'ai quelques idées qu'il me faudra peaufiner mais nous nous en sortirons. C'est toujours un plaisir de partager la vie de cette lumineuse petite fille.
Tout à l'heure, départ pour la frontière suisse. Ma voiture émet des bruits bizarres, ce qui me met en rage. Pourquoi dépenser autant d'argent pour avoir l'esprit tranquille et finalement, se retrouver dans la même angoisse qu'avec ma vieille Twingo? J'ai envoyé un mail au commercial me l'ayant vendu mais je n'ai obtenu aucune réponse. Je me présenterai Lundi chez Toyota dès l'ouverture des locaux et, comme le disait si poétiquement mon père "ça va chier des bulles"! 😠.
Ce matin, cette promenade dominicale imposera le passage à la station-service puis j'ai envie de faire une halte à la Chèvrerie des cousins dans l'Ain. J'y ferai une provision d'oeufs frais et de fromages de chèvre avant de commander les pintades pour le réveillon familial de Noël. Et oui, cette année, nous innoverons. Plus de dinde mais des pintades. Elles sont élevées en plein air et chouchoutées par les éleveurs. Autant en profiter!

Image de Nathalie Jomard 
http://grumeautique.blogspot.fr/2011/04/youpi-ou-pas.html


Ah oui, j'oubliais: ma connection semble réparée mais je suis toujours en colère contre Google. Le nombre de visiteurs du blog est toujours aussi ridiculement bas. Ma visibilité dans leur référencement a dû être modifiée avec les conséquences constatées ces derniers jours. Mon impuissance m'afflige!

samedi 14 octobre 2017

Richelle Gribble

http://richelle-gribble.com/
https://www.instagram.com/richellegribble/
https://www.facebook.com/richellegribbleart/

"«L'exploration par Richelle Gribble des identités individuelles, collectives de l'âge des réseaux numériques et génétiques reflète une approche inhabituellement sincère et élevée de l'exploration de l'éléphant atomisé dans la pièce, l'espace sociétal que nous partageons tous. La technologie numérique a réduit la vie contemporaine à un domaine de minutie parfois étonnant, mais souvent prosaïque et exaspérant, un bourbier de bits numériques, des atomes accélérés et des brins d'ADN parfois errants, mais Gribble ne trouve évidemment pas de fin d'émerveillement poétique dans le chaos des réseaux comportementaux de microbiologie et de sociologie collective qu'elle expose en détail dans sa tentative de répondre à la question: «comment la connectivité influence-t-elle nos vies et notre avenir?
_ D. Eric Bookhardt, critique pour Gambit Weekly, New Orleans, LA"
Aucun texte alternatif disponible.

Aucun texte alternatif disponible.
Aucun texte alternatif disponible.
Aucun texte alternatif disponible.
Aucun texte alternatif disponible.
L’image contient peut-être : intérieur